rond jaune.png

La médiation familiale 

CAS CONCRETS / EXEMPLES

personne âgée

Cas 1.

Claude est l’aîné de 4 enfants. Agé de 65 ans, il a pris sa retraite. Il était agriculteur. Depuis plus de 10 ans, il héberge son père, atteint de la maladie d’Alzheimer. Il ne sait pas comment expliquer à ses frères et sœurs la lourdeur que cela suppose aujourd’hui pour lui et son épouse.

 

4 séances de médiation familiale ont permis à chacun.e de s’exprimer sur sa vision de la situation, sur ses besoins. Chacun a pu s’écouter, s’exprimer afin de prendre une décision commune pour soulager Claude et son épouse.  

Cas 2.

Danièle et Bertrand sont agriculteurs, mariés depuis 20 ans. Ils ont 3 enfants dont deux mineurs. Ils communiquent de moins en moins, se voient peu, chacun étant occupé entre le travail et la vie de famille. Danièle commence à exprimer sa saturation et son désir de séparation. Elle se sent perdue et fatiguée.

Elle engage une démarche de médiation familiale, à laquelle Bertrand répond favorablement. Les séances de médiation ont permis une aide à la décision.  Chacun a pu s’exprimer sur les difficultés du couple, sur leurs difficultés professionnelles. 

Ils ont trouvé ensemble une issue à leurs différends en prenant plus de temps pour leur vie personnelle (service de remplacement), en communiquant plus entre eux au quotidien.

Portrait de famille

Cas 3.

Jocelyne et David sont séparés depuis trois ans. Ils ont trois enfants âgés de 15 ans, 13 ans et 8 ans. Les enfants sont en résidence alternée une semaine-une semaine chez leurs parents. Ces derniers habitent dans la même commune.  Les enfants passent d’une maison à l’autre avec facilité. Les parents ont une bonne communication. Un évènement vient déstabiliser cette organisation : Jocelyne a trouvé un autre travail à 30 kms de là. Comment vont-ils faire pour les enfants ? Ils n’arrivent pas à en parler calmement tous les deux. La colère monte. Ils n’échangent plus que par SMS ou mail.

David partage à Jocelyne qu’une médiation familiale pourrait leur permettre d’aborder ce sujet. « La présence d’un tiers évitera les fortes disputes » souligne David. Il souhaite qu’un accord commun soit trouvé, dans l’intérêt des enfants. Ces derniers se trouvent perturbés par cette situation. Jocelyne adhère à cette proposition. Elle sent que les enfants lui en veulent. Elle se culpabilise.

Après 2 entretiens d’informations individuels, 3 séances communes, une convention parentale est signée par les parents. Les enfants resteront chez leur père pour finir l’année scolaire. Ils iront chez leur mère 1 week-end sur 2, et la moitié des vacances scolaires. Ils se laissent une souplesse dans l’organisation des semaines. Jocelyne passera deux fois dans la semaine, en fin de journée, voir ses enfants chez David. Ils s’entendront sur ces temps-là d’une semaine à l’autre. David s’absentera de la maison pour laisser Jocelyne avec les enfants. Jocelyne et David continueront de participer pour moitié aux frais d’entretien, d’éducation des enfants.

Ils conviennent de finir l’année ainsi et de se revoir dans quelques mois pour organiser la rentrée scolaire prochaine. Ils ont terminé les séances soulagés et rassurés par ces accords.

Couple heureux